Mercredi 20 août 2008 à 1:08

il change si souvent que je ne sais plus exactement dans quel pays il se trouve.
peut-être la croatie, ou bien prague, budapest, berlin
je regarde ces villes dans les e-mails en me demandant
et c'est quand qu'il entame le retour
dans tous les cas c'est loin, bien trop loin pour pouvoir imaginer
je pense à son retour, son absence me pèse,
commence à me peser très fort
c'est assez indescriptible cette sensation, cette frustration
il faut que je dise ça ce soir car je suis seule dans la maison
assez seule pour compter le carrelage en marchant de la chambre au salon
assez seule pour penser à lui sans personne pour me faire rire
dans le grand canapé je regarde mes jambes je déplace les coussins
je me suis dis qu'il fallait peindre, que c'était un moment à peindre,
j'ai récupéré ma toile blanche prévue pour les collages et j'ai débuté au crayon,
le chevalet est face à la télé, je ne manque aucune espèce de débilité et je peins.



 

Par privatemotion le Mercredi 20 août 2008 à 9:57
je connais bien ce sentiment de frustration...
Par Akiko le Mercredi 20 août 2008 à 10:54
"Il change si souvent que je ne sais plus exactement dans quel pays il se trouve"

Mais, une chose est sûre, tu sais au moins que là où il est, dans n'importe quel endroit, il se trouve aussi dans ton coeur.
Par Biwi le Mercredi 20 août 2008 à 20:37
Jess qui nous fait un gros chagrin. Allez courage plus que 5 jours... :)
Par marie (birds) le Vendredi 22 août 2008 à 23:01
la frustration.
"dans le grand canapé je regarde mes jambes et je déplace les coussins"
alors je peux sentir toute la chaleur de mon petit corps et je pense à quelqu'un, quelqu'un qui mélangerait sa chaleur à la mienne, quelqu'un que je ne connais pas encore, quelqu'un qui regarderait la télé avec moi, dans ce grand canapé. je crois que c'est un de mes endroits de plus grande frustration, le canapé, de plus grande solitude dirigée vers la chaleur d'un autre. c'est quand je suis si seule que je ne pense même plus aux débilités que je regarde, je ne pense plus qu'à ça, "cette sensation, cette frustration".
sauf que tu as un point de chute, toi.
tu es chouette sur les toits dans son pull. tu es toujours chouette, mais là plus dans mon sens chouette du mot chouette. et puis la robe de l'article précédent est bien, aussi. bleue? bleue violette? bleue nuit? (je ne sais jamais si dans les couleurs composées il faut accorder le bleu. la mer bleu gris? ou bleu grise? ou bleue grise? ou bleu grise? bon, désolée, je suis un peu fatiguée, et je suis rentrée chez moi. bisous)
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://sans-queue-ni-tige.cowblog.fr/trackback/2654605

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast