Dimanche 10 août 2008 à 0:18

                       

                         Avant de partir de chez papa j'ai trié ma chambre. il fallait bien le faire un jour. Tout trier, répertorier l'ensemble de mes 18 années en deux catégories, les "à garder" et les "à jeter". La première catégorie trouvant sa place dans des cartons bien scotchés, la seconde dans des sacs poubelle. J'ai attaché beaucoup d'importance à ces objets qui se trouvent maintenant dans le local poubelle en face de la maison. J'ai relu toutes les lettres, même les joyeux noël, les menus de mariage vieux de plusieurs années que je gardais pour la beauté du petit dessin pailletté en haut à droite des entrées, j'ai tout relu, les cartes des copines rencontrées en colonie, quand on se promet de revenir l'année suivante, quand on se donne des surnoms de goûter au chocolat, j'ai relu les cartes des anniversaires, avec les "PS: Je te joins un petit chèque pour que tu puisses t'acheter ce que tu désires." lorsque la famille habite loin. J'ai rempli des sacs entiers de magasines, de dessins, de peintures, de chaussures, de bibelots inutiles, de fringues immetables. Je regardais chaque chose longuement en tentant de me convaincre que si je n'y avais plus touché depuis des années c'est qu'il y avait peu de chance que j'en ai besoin suite au déménagement. Et puis je suis tombée sur mon journal. Un truc que j'avais commencé à écrire au collège lorsqu'il y avait encore Sylvie à la maison. Il était au fond de ma boîte secrète protégée par un cadenas. J'avais décoré la couverture, à la peinture et au collage, la couverture était toute raide et lourde. Je l'ai ouverte et j'ai retrouvée mon écriture de l'époque, il y avait aussi quelques photos, et des mots de copines, que je collais régulièrement. Mes textes étaient destinés à un lecteur inconnu, je racontais ma vie en l'interrogeant à de nombreuses reprises pour m'assurer de ne pas parler dans le vide, mes phrases commençaient souvent par "Je ne sais pas si tu connais ceci, ou cela, mais hier...". J'ai relu énormément de pages, presque 200, assise entre deux sacs poubelle. Et lorsque cela devint trop douloureux, je le jetai dans l'un d'eux. Ce n'était pas tant mes propos ou ce que je racontais dans ce cahier qui me faisait souffrir, mais plutôt le fait tout simple de relire mes mots et de constater la distance parcourue depuis 5 ou 6 ans. Bien que certains passages sur mes amours secrets me firent bien rire. Plutôt mourir que de m'avouer attirée par qui que ce soit. Maintenant ma chambre est vide, la poubelle du quartier renferme ma vie, je me suis fais la réflection en y jetant le dernier sac, il y a dans cette poubelle plus de choses de moi-même que l'on ne pourrait en trouver dans nimporte quel autre endroit. Tous ces souvenirs restent au fond de moi et je suis maintenant prête à accueillir une foule de découvertes. Je crois bien que c'est le premier jour du reste de ma vie.

la photo a été prise par Alex, on sortait du Ciel.

Par Eteins-celle le Dimanche 10 août 2008 à 0:29
Mmh
Ton texte m'évoque tellement de choses, il est juste de finesse, il décrit ce que bien beaucoup de personnes sont amenées à faire un jour et pourtant, il y a ces petits grains, et ces jolis mots par ci par là, qui font que c'est le tien comme ça pourrait être celui d'un ou d'une autre.
Mais il a ça, il est joli et il se lit comme on avale d'un trait une boisson favorite.
Par fleur-de-ville le Dimanche 10 août 2008 à 2:18
C'est le premier jour du reste de ma vie. Cette phrase prend tout son sens ce soir.

J'emménage demain dans une ville très loin de chez moi. Pour une école. Et puis ce texte me remue comme un froissement de couvertures, je m'y retrouve tant. Mes tiroirs sont toujours bien lourds, je n'ai pas eu le courage de les ouvrir, mais le ménage a plus ou moins été fait. Les cartons sont entassés sur la plancher, la voiture et ma tête sont pleines à craquer.

Peut-être te souviens-tu de moi, j'étais autrefois princesse-aux-petits-pois et puis je lis ce blog depuis son commencement. Mon déménagement m'a donné envie d'un nouvel endroit, même si pour l'instant il n'y a que les mots ''test'' et ''fleur'' en guise d'article. Il y aura quelque chose bientôt.

Alors toi aussi, tu déménages bientôt? Je suis carrément terrifiée. Mais oh, quand j'aurai trop peur, on pourra s'écrire nos mésaventures de jeunes filles exilées :)
Par Biwi le Dimanche 10 août 2008 à 3:59
Et oui au passage tu m'as même pas dis si tu étais allé voir le film.
Je te donne les horaires demain.
Par Sans-queue-ni-Tige le Dimanche 10 août 2008 à 11:18
Et non c pas Jess mais comme les infos étaient déjà enregistrées et que j'ai toujours la flème de laisser des coms à cause de tous ces cadres à remplir... Bah j'ai laissé comme c'était rempli :)

Bref je vois tout à fait l'état de ta chambre et de ta poubelle de quartier parceque j'suis passée par là il y a deux mois et j'avoue que ça fait très très bisard!!!
Une photo de mon nouveau bijoux sur sa place de parking dans mon blog !! Fin d'un périple !
Maintenant ma nouvelle mission c'est trouver un vol vers l'océan pour moins de 100€

Bisous
Par Colette le Dimanche 10 août 2008 à 12:00
Tout trier ... Je l'ai fais il y a peine quelques mois. Je me suis retrouvée assise par terre, sur mon parquet vieux de cent ans, à pleurer (sûrement de joie je n'en sais rien) sur une déclaration d'amour du CM2 ou encore sur une carte postale de ma meilleure amie du primaire partie vivre en espagne. Ca fait drôle de replonger d'un coup comme ça dans ses souvenirs. Parceque après tout c'est ça maintenant. Toutes ces cartes et tous ces mots sont des souvenirs. Mais ça fait un bien fou de s'en séparer. Tu as raison on est prête à découvrir de nouvelles choses, à vivre de nouvelles aventures, comme plus légere. Finalement les déménagements sont une bonne chose.

Au plaisir.
Par acces.au.bonheur le Dimanche 10 août 2008 à 23:42
Oh les vieux journaux intimes, ceux cachés au fond d'un tiroir, qu'on relit une fois, par hasard, dans un jour de grand nettoyage. Je connais. J'ai ri moi aussi, et pleuré aussi, ou simplement la gorge nouée. Peut-être que ce sont des choses que l'on a marqué là juste pour les livrer à "quelqu'un" mais que finalement on a bien fait d'"oublier". Bon courage pour la suite, avec un nouveau départ. C'est bientôt mon tour. On se reverra, du moins je le souhaite, pour se raconter tous nos soucis dans nos nouvelles vies. Bisous
Par C. le Lundi 11 août 2008 à 0:35
Tu as le don de trouver les mots , les mots légers que chacun peut s'approprier , avec tant d'émotion ,et toujours cette touche de douceur et de candeur qui t'es propre .
Je ne viens pas souvent sur ton blog , mais il m'apparait comme une évidence dans les moments ou tout le monde s'est endormi a la maison , aprés avoir passer en boucle des chansons pleines de spleen ou ringardes , dans ces moments ou on a besoin d'un peu de reve , et tu es la
je te souhaite une trés trés bonne continuation . Grace a toi , de temps en temps , je vis le premier jour du reste de ma vie
Par haute-comme-6-pommes le Lundi 11 août 2008 à 19:41
Fin du lycée, début de l'autre vie... Je crois que beaucoup d'entre nous on fait un grand ménage d'été après leur bac !=)
Par BiBz0u le Mardi 12 août 2008 à 19:48
j'en sui au meme point !
Meme déménagement , meme morceau de papier parraissant insignifiant qui finit à la poubelle alors qu'il déborde de souvenirs.
Par Sa. le Mercredi 13 août 2008 à 11:48
Olala qu'est ce que j'aime cette phrase : "Aujourd'hui est le premier jourdu reste de ta vie."
Puisque c'est comme ça, l'an prochain je l'ecrirai sur mon plafond au dessus de mon lit, je m'appliquerai. On a 86 400 secondes vide à remplir qui nous sont creditées tous les jours et on doit les employer et mieux, en profiter.

Ca fait toujours un peu mal de se relire. Meme parfois quelques jours après. Le temps qui nous sépare de nos pensées peut sembler tantot long ou tantot court. On a honte, on s'en veut d'avoir pensé cela. Mais l'age est une excuse. Le manque de vie vecu explique l'ignorance et la non accumulation de pensées rationnelles.
C'était nous avant. C'est nous aujourd'hui. Avec une evolution. Elles servent à ça ces belles secondes.
Par Nino le Jeudi 14 août 2008 à 17:19
Jess from heaven.
Par SafichoOw le Jeudi 14 août 2008 à 19:14
"le premier jour du reste de ta vie" je crois qu'ils ont dit ça dans mes oreilles l'autre jour quand je regardais "Vanilla Sky" c'était même super dément comme film. une chose est sûr, mon idéal masculin serait Tom Cruis à ce moment précis de sa vie
Par untitle le Vendredi 15 août 2008 à 19:11
Jess, t'es oùùùùùùù?
Par Camiette le Dimanche 17 août 2008 à 22:34
Longue vie alors ma puce.
Tu vas me manquer à Grenoble l'an prochain.
Je pars demain en Espagne.
Je pense à toi.
Je pense au retour de mon aimé, aussi. Merci pour ta présence.
Il me tarde de te revoir.
Tendresses.
Camille.
Par CamilleParto le Mercredi 2 novembre 2016 à 10:21
Excellent ecrit, merci pour ce boulot que vous faîtes !
Par Cedric Boulay le Samedi 21 avril 2018 à 17:26
Vous faîtes de l’excellent boulot
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://sans-queue-ni-tige.cowblog.fr/trackback/2647348

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast